Dans la cage von Mathieu Leroux

Der Debütroman von Mathieu Leroux überrascht mit zwei alternierenden Erzählsträngen, die der Autor Extérieur [Außen] und Intérieur [Innen] nennt. Er führt so zwei Erzählmodi ein, die sich zu Beginn durch unterschiedliche Wortwahlen, Rhythmen und Ausdrucksformen unterscheiden. Der Erzähler des Extérieur zeichnet sich durch einen harten Stil aus, der fragmentarisch, reduziert und kühl wirkt. Demgegenüber steht der Protagonist des Intérieur, der eine Art intimies, zerbrechliches orales Tagebuch führt.

Die Figuren in Dans la cage sind namenlos. Es ist der Bruder, die Mutter und der andere Sohn. Das Verhältnis zwischen den Brüdern wird thematisiert, als auch die Beziehung zur Mutter, die eigentlich nur als Stimme am Telefon auftaucht.

Dans la cage ist ein herausfordernder Roman. Er nimmt Homosexualität, Trennung, Krankheit und familiäre Bande in den Fokus, ohne dabei in Klischees oder Kitsch zu verfallen. Entstanden ist so eine Geschichte, die auf wenigen Seiten erzählt ist, aber weit über das geschriebene Wort hinausgeht.

Mehr über den Roman und seinen Autor gibt es in folgendem Interview.

 

 

Mathieu Leroux: Dans la cage
Erzählung
Héliotrope, 2013
186 Seiten
19,95 $

 

 

Ein Zitat:
« Futur Intérieur

Flash-forward.

New York.
Je ne sais pas ce que je fais ici.

Des années ont passé. Les marques sur mes bras ne sont presque plus visible. L’autre-fils ne fait plus partie de ma vie. Le mépris a pris une autre couleur. Celle du dégout, peut-être.
Je suis dans une ville de 8 millions de personnes depuis des mois, constamment entouré, et la solitude n’a jamais été aussi pesante. Il y a à peine un pas à faire pour que le Brooklyn Bridge me ramène à Montréal. Le banc en bois du Prospect Park est le même que celui du parc de la rue Sherbrooke. La cage, ce qu’elle est devenue, remplit l’espace en entier. Je ne sais pas ce que je fais ici. Je ne sais pas si je me protège des autres ou si je me suis moi-même emprisonné. Dans la cage, certaines personnes ont réussi à entrer. Et tout a semblé trop petit.
J’étouffe.
Le fils-cadet a construit quelque chose d’effrayant. Plus complexe, plus terrible, de par sa transparence. La cage n’a plus de barreaux. Elle est désormais faite de verre opaque.
Je ne sais pas ce que je fais ici. Je ressens peu de choses mit à par la constante pression qui j’ai dans le crâne ; un mal à n’en plus finir qui donne envie de me smasher la tête contre les murs blanc-jaune de l’appartement. Un coup sec qui me permettrait de fracasser le plâtre du mur et les ossements de ma tête. Un éclat rouge, texturé de cervelle, qui mettrait un peu de vie dans cet appartement vaste et impressionnant, mais trop blanc-jaune. Blanc et jaune. Coleurs mélangées de la progénituer de ma mère à la grandeur des murs de l’appartement de Brooklyn.
Hedda. Tu ne m’as jamais dit qu’une lionne encagée pouvait engendrer des lionceaux enragés. » – Mathieu Leroux: Dans la cage, Héliotrope, 2013, S. 39